agbm

Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada


Mardi 9 Août 2016
Lu 207 fois

Kilada, une halte touristique


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Kilada est un village de pêcheurs dans une baie presque fermée du golfe d'Argolikos. Avant d'y trouver refuge nous longeons l'île privée de Stavros Livanos un des principaux armateurs grecs, concurrent mais également  beau-père d'Aristote Onassis ... et de Stavros Niarchos ! (la théorie des torchons et des serviettes ?) Le mouillage sous la colline face au village est idéal par grand vent. La roche est entaillée de 2 grottes (franchthi) célèbre site de fouilles archéologiques remontant au paléolithique, qui aurait eu des locataires pendant 35.000 ans. La nuit, illuminées de l'intérieur, elles offrent une jolie perspective.


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Kilada sera notre base de départ pour les visites des sites antiques de l'est du Péloponnèse. Nous y retrouvons La Nef de Mando, le Beliure 48 de nos amis Jean-Claude et Jocelyne croisés mi-juin du côté de Meganissi qui font ici une halte technique. Nous récupérons une des quelques places du quai, déroulant par précaution 70 mètres de chaînes. Bien nous en a pris, le lendemain les prévisions annonçaient 15 nds mais nous y avons subi toute l'après-midi 25 nds avec des pointes à 30 en pleine face. C'est impressionnant ce type d'amarrage, on se demande toujours si l'ancre va tenir. A l'origine, une grand darse était prévue pour les plaisanciers, devant les bars et restaurants, pour le bonheur de tous, mais les très nombreux petits chaluts s'y sont installés et ont relégués les plaisanciers au môle exposé... Au moins nous étions plus éloignés de l'incendie qui venait de se déclarer, ravageant le haut de la colline, et que les Canadairs tentaient de circonscrire.


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Heureusement le soir, comme toutes les nuits, le vent tombe et nous profitons d'une taverna où les serveurs proposent tout au long du dîner des plats que nous choisissons de prendre, ou pas. Ici pas de menu, ni de carte, ni de prix indiqués, mais une cuisine typique dans un joyeux brouhaha. La formule offre l'avantage de goûter à beaucoup de spécialités que l'on n'aurait pas décryptées sur une carte et en plus c'est une "très" bonne surprise au moment de l'addition.

 

Comme dans tous ces ports sans équipement il est toujours possible de se faire livrer le gasoil par camion citerne.


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Le troisième jour, nous louons par téléphone une voiture pour 48 heures qui nous est livrée au cul du bateau. Les loueurs grecs font preuve d'une grande notion de service et de gentillesse. Aucune mauvaise surprise, le jour J la voiture est là et nous prenons la direction de Mycènes et ses murs cyclopéens.


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Cette cité, dont les premières fondations remontent à 1.700 avant JC, bâtie en haut d'un promontoire domine la vallée qui s'étend entre le golfe de Corinthe et d'Argolide. Les Mycéniens maîtrisaient la taille de la pierre, la fonte des métaux et l'art de la poterie, il y a près de 4.000 ans ! De ce site il ne reste plus que quelques vestiges dont la porte des Lionnes, l'entrée principale, au linteau monumental. C'est vrai qu'il faut pas mal d'imagination pour faire revivre Agamemnon, surtout par 38° et cernés par les parapluies des chinoises chapeautées.


Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Partis déjeuner à Nemea, nous découvrons au hasard d'un virage quelques colonnes d'un temple antique noyé dans les vignobles. Une surprise nous attend.
Partis déjeuner à Nemea, nous découvrons au hasard d'un virage quelques colonnes d'un temple antique noyé dans les vignobles. Une surprise nous attend.

Ce temple de Zeus construit 300 ans avant JC offre une belle émotion entre cyprès, tronçons de colonnes effondrées, chants de cigales, parfums de figuiers, le tout sans âme qui vive... Devant l'abondance de sites majeurs celui-ci est peut-être oublié. Pourtant Nemea est tout de même la ville du 1er Travail d'Heraclès (Hercules) venu  étrangler un lion à la peau blindée qui terrorisait la ville.
Ce temple de Zeus construit 300 ans avant JC offre une belle émotion entre cyprès, tronçons de colonnes effondrées, chants de cigales, parfums de figuiers, le tout sans âme qui vive... Devant l'abondance de sites majeurs celui-ci est peut-être oublié. Pourtant Nemea est tout de même la ville du 1er Travail d'Heraclès (Hercules) venu étrangler un lion à la peau blindée qui terrorisait la ville.

Impossible de quitter la route des vins sans sacrifier à une visite de vigneron, se sera chez Papaioannou qui parle un peu français, d'où l'appellation de sa cuvée prestige "Aristocracy" jeu de mot Franco Grec puisque vin blanc ici se dit "Aspro Krassi" (blanc vin !).
Impossible de quitter la route des vins sans sacrifier à une visite de vigneron, se sera chez Papaioannou qui parle un peu français, d'où l'appellation de sa cuvée prestige "Aristocracy" jeu de mot Franco Grec puisque vin blanc ici se dit "Aspro Krassi" (blanc vin !).

Les carnets de route d'Ancetile (suite) Kilada

Le quatrième jour est dédié à Epidaure.

Arrivés en fin de matinée nous avons craint l'affluence, mais seuls 5 bus étaient parqués et le mega-parking était vide. La saison n'a pas l'air fameuse.

Le théâtre d'Epidaure est majestueux. Nous avons pu nous poser longuement sur le derniers gradins à l'ombre des pins pour reprendre souffle, savourer le panorama et imaginer Maria Callas interprétant Norma. Nous avons tenté le test acoustique, Philippe a l'orchestre placé sur la dalle circulaire , "l'autel de Dyonisos" déclama du La Fontaine. Hélas si le théâtre ne comptait pas les 12.000 spectateurs pour lesquels il a été construit, les quelques dizaines de touristes bruyants, préoccupés par leurs "selfies" et les stridulations des cigales ont eu raison de sa tirade.


Le théâtre d'Epidaure n'était qu'une des disciplines du site qui était surtout dédié à la médecine puisque c'est là qu'Esklapios a créé le tout premier "hopital" dont les soins prodigués se basaient sur les songes et les serpents en masse. Esklapios, bien sûr, c'est Esculape, du coup le caducée au serpent devient évident
Le théâtre d'Epidaure n'était qu'une des disciplines du site qui était surtout dédié à la médecine puisque c'est là qu'Esklapios a créé le tout premier "hopital" dont les soins prodigués se basaient sur les songes et les serpents en masse. Esklapios, bien sûr, c'est Esculape, du coup le caducée au serpent devient évident

C'est en tout 560 km que nous avons parcourus dans cette partie du Péloponnèse. Demain ce sera "et pis dort" ?
C'est en tout 560 km que nous avons parcourus dans cette partie du Péloponnèse. Demain ce sera "et pis dort" ?



Nouveau commentaire :






L'amicale c'est ça..




Visitez la page Facebook de l'AGBM

Bonjour à tous les membres de l’AGBM et à tous les propriétaires de Grand Banks. Notre page Facebook est entièrement dédiée à vos échanges pour tout ce qui concerne nos Grand Banks, nos croisières, nos travaux à bord et plus si vous le souhaitez. Cette page se veut un lieu de convivialité, de partage et d’entraide.
Amitiés à tous,  le bureau de l’Amicale.