agbm

WAHREM, « l’homme qui murmure au gel coat des bateaux » Profession : « lustreur »


Jeudi 16 Juin 2016
Lu 653 fois

Tout commence par un matin ensoleillé dans notre port de Cannes...


WAHREM, « l’homme qui murmure au gel coat des bateaux » Profession : « lustreur »

Il est 9h30, peu de vent, les bateaux dodelinent tranquillement, les cygnes passent, palmant gracieusement, d’embarcation en embarcation réveillant les lève-tard, et nous, assis à l’avant de notre Grand Banks profitant de ce moment unique.
Un « bonjour » timide nous fait tourner la tête vers un jeune homme de 25-30 ans, cheveux noirs gominés, lunettes Ray Ban : « je viens polisher le bateau de Charly ». Charly est notre voisin, il possède un magnifique Princess 42’ de 2011.
Sans prêter plus d’attention que cela, 48 heures plus tard je constate que le bateau de mon copain Charly est rutilant.
Je félicite ce jeune homme, sa réponse fuse aussitôt : « je peux faire la même chose sur votre bateau ».
Sceptique, j’évoque les 26 ans de notre gel coat.
« Cela fait 7 ans que je lustre dans le nautisme et nous avons fait revenir des bateaux plus anciens que le vôtre »
Je sens une assurance et une franchise chez ce garçon, lui demande combien de temps il lui faudrait pour rendre son lustre à Palika et le coût.
Il enjambe la lisse et nous voilà partis pour un tour détaillé du bateau.
20 minutes plus tard : « monsieur, 4 jours me seront nécessaires ».
Nous nous tapons dans la main et prenons rendez-vous pour le lundi suivant.
Il nous sera demandé de laver le bateau le dimanche de façon à ce qu’il soit propre pour le lundi matin.
Et là, comme pour le vernis, j’ai compris que lustreur est un métier.
Je vois arriver Wahrem avec une grosse caisse dans laquelle sont rangés :
-une machine à polir,
-des flacons en plastique noir (mélange top secret),
-de la charpie (pour faire les coins et les détails)
-des chiffons microfibres (certains pour chasser la poussière, d’autres pour faire briller, finition)
-des draps (pour protéger le pont)
-des pots de téflon (pour le final, superbe)

Notre gel coat va subir « 4 liftings ».
-1er lifting :
Le produit d’un « premier flacon noir » au gros grain, appliqué à la polisseuse ou à la

charpie suivant les endroits va éliminer le jaunissement, les rayures et les tâches sur toute la super-structure .
Ce sera un long combat car c’est la première fois que Palika fait appel à la chirurgie esthétique.

Au cours de cette opération nous sentons notre bateau commencer à « respirer ».
-2ème lifting:
Le deuxième « flacon noir » entre en action, un liquide blanc au grain plus fin que le précédent sera lui aussi appliqué soigneusement, m2 par m2, sur toute la super- structure, polisseuse et charpie dans les moindres recoins. Son rôle sera de combler toutes les aspérités, de supprimer les traces du premier décapage, nourrir et amorcer l’éclat du gel coat.
Wahrem à nouveau se penche, frotte, contrôle, reprend sa tâche à certains endroits, aucun mm2 ne lui échappe.
Je le constate et en suis heureux.
Je vois Palika respirer de mieux en mieux et je lui souris.
3ème lifting:
Là, une fois de plus les compteurs sont remis à zéro.
Une microfibre à la main, le pavois, la delphinière, le tableau arrière, le fly, le cockpit, les encadrements de portes, écubiers, taquets, chaque grain de poussière sera chassé et la brillance accentuée.
Le bras effectuant des cercles plus ou moins grands, puis d’avant en arrière, et chaque fois la tête penchée et le regard du « Maître » jugeant son travail sans concession.
Je constaterai que Wahrem vit comme il travaille, pas de distorsion entre sa vie personnelle et professionnelle, « c’est un vrai ».
Une première couche de téflon sera appliquée.
Wahrem la laissera « tirer une journée » avant l’étape finale.
Là, Palika est au top pour moi, mais Wahrem me demande d’attendre le lendemain avec un sourire en coin...

4ème lifting:
Le flacon de téflon à la main, notre « lustreur » est reparti pour le 4
ème et dernier passage sur toute la superstructure.
Cette dernière étape sera exécutée à petite vitesse à la polisseuse pour éviter que le téflon ne chauffe.
Là le travail se fait sur de plus petites surfaces, polisseuse et tout de suite après microfibre et re-microfibre « Oh le miroir ! » et toujours la tête penchée, toujours cette alliance de l’œil et de la main, chacun donnant des informations à l’autre jusqu’à trouver un accord parfait dans le seul but de redonner l’éclat de sa jeunesse à ce gel coat vieux de plus d’un quart de siècle.
Oh ! Wahrem, comme tu m’as bluffé !!!
Cette dernière journée où tu nous as rendu notre bateau dans son plus bel habit.
Il aura fallu 5 jours et non 4 et nous sommes passés du vouvoiement au tutoiement et j’en suis fier.
Oui cinq jours... où nous t’avons vu apprivoiser notre bateau pour mieux le dompter, cinq matins où tu arrivais avec ton beau sourire, cinq jours qui nous ont permis de nous apprécier.
Cinq jours que tu as scellés avec un cadeau pour nous, une boîte de macarons
« Ladurée », la classe.

Merci pour tout Wahrem.
A bientôt autour d’une bonne table..........
WAHREM : 06 .22.82.78.75
Annick et Jean-Marc. G.B PALIKA 

WAHREM, « l’homme qui murmure au gel coat des bateaux » Profession : « lustreur »
Objet: article de Palika concernant le polissage de leur GB.
Ne pouvant pas proposer de commentaire en bas de l'article, nous soumettons ce commentaire indépendant; en effet, quel belle présentation et quelle poésie...tout cela va parfaitement bien avec nos bateaux et leurs belles histoires. Merci Annick et Jean-Marc car, de plus, cela peut donner d'excellentes idées ainsi qu'un "dégrossi' sur la technique du polissage.
Corinne et Michel / PRINCE II






L'amicale c'est ça..




Nouveau ! Visitez la page Facebook de l'AGBM

Nouveau ! Visitez la page Facebook de l'AGBM
Bonjour à tous les membres de l’AGBM et à tous les propriétaires de Grand Banks. Voici une nouvelle page Facebook entièrement dédiée à vos échanges pour tout ce qui concerne nos Grand Banks, nos croisières, nos travaux à bord et plus si vous le souhaitez. Cette page se veut un lieu de convivialité, de partage et d’entraide.
Amitiés à tous, Marc et le bureau de l’Amicale.